Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 décembre 2005

Le CV anonyme: pour ou contre?

Je pense qu'il n'y a pas à avoir de longs discours sur cette idée qui a été avancée et qui est testée, notamment par le groupe Axa.

Je trouve le concept justifié et intéressant: lutter contre les discriminations. En cela, je pencherais pour.

En revanche, après réflexion, je trouve cela assez inutile. Je pense que c'est une mesure sans grand intérêt. Connaissez-vous un employeur qui recrute seulement sur CV? En général, vous envoyez un CV, puis on vous donne rendez-vous pour avoir un ou plusieurs entretiens. Donc, si un employeur écarte des candidatures car les individus sont d'origine étrangère, homosexuels ou souffrant d'un handicap; il ne le verra peut-être pas sur le CV anonyme... mais il le verra forcément en entretien (surtout si c'est visible physiquement). Il écartera la demande après l'entretien, les raisons pouvant être nombreuses ou l'employeur pouvant attendre d'avoir une candidature de niveau équivalent pour éviter tout problème. En cela, je trouve que l'on fait beaucoup d'efforts alors que les retombées seront, selon moi, très faibles.

Qu'en pensez-vous?

A vous de vous exprimez....

24 novembre 2005

La biométrie en cause!

 

J'ai reçu un message qui indique le récit de la destruction du système biométrique mis en place dans un lycée. <J'ai été assez étonné de cette nouvelle. Il est marrant de constater que les étudiants soumis à ce système l'accepte mais que des personnes contre le contestent d'une façon si autoritaire. Je ne m'oppose pas à une réaction: manifestations, débats.... mais une intervention de la sorte. Cette intervention vise à critiquer un système autoritaire.... mais qu'y a t'il de plus autoritaire entre le système biométrique et une intervention gagoulée pour détruire???

Que l'on soit pour ou contre le système biométrique, je pense que de tels agissements sont toujours autoritaires et contraire à la démocratie.

Voici le message en question:

Message: 1
Date: Tue, 22 Nov 2005 11:41:42 +0100 (CET)
From: "Jean-Philippe JOSEPH"
Subject: [Etatpenal] Destruction d'un dispositif  biométrique au lycée
de Vallée de Chevreuse

DESTRUCTION D'UN DISPOSITIF BIOMETRIQUE AU LYCEE DE LA VALLEE DE CHEVREUSE
source : paris.indymedia.org

Le 17 novembre, à l'heure de midi, une vingtaine de clowns ont pénétré en
chantant dans le réfectoire du Lycée de la Vallée de Chevreuse (91). Cet
établissement, situé dans la technopole de Saclay qui regroupe des
laboratoires du CEA, CNRS, Polytechnique, Danone… expérimente un
dispositif biométrique pour contrôler le flux des élèves au self. Tandis
que certains improvisaient un sketch et donnaient des tracts, les deux
lecteurs biométriques ont été totalement détruits à coups de marteau. Ils
avaient improvisé à cet effet un périmètre de sécurité pour protéger les
personnes présentes. Alors que les individus déguisés sortaient du lycée,
des surveillants et des élèves les ont violemment pris à partie. 3
personnes ont été interpellées et placées en garde à vue. Elles ont
comparu hier après-midi au tribunal d'Evry, le procès étant reporté au 16
décembre. Les dégâts sont estimés à plus de 15 000 euros. Cette action est
revendiquée par un collectif qui dénonce les dispositifs de surveillance
et de contrôle social, dont la surenchère est entretenue par les instituts
de recherche et les industries High Tech.
Notons que l'installation du lycée de la Vallée de Chevreuse est
rigoureusement conforme aux consignes du GIXEL, le lobby des industries de
l'interconnexion, des composants et des sous ensembles électroniques, qui
conseille dans son « Livre Bleu » remis au gouvernement : « La sécurité
est très souvent vécue dans nos sociétés démocratiques comme une atteinte
aux libertés individuelles. Il faut donc faire accepter par la population
les technologies utilisées, et parmi celles ci, la biométrie, la
vidéosurveillance et les contrôles. Plusieurs méthodes devront être
développées par les pouvoirs publics et les industriels pour faire
accepter la biométrie. Elles devront être accompagnées par un effort de
convivialité par une reconnaissance de la personne et par un apport de
fonctionnalités attrayantes :
Education dès l'école maternelle, les enfants utilisent cette technologie
pour rentrer dans l'école, déjeuner à la cantine…. » (...)


Ci joint un article qui montre que même la CNIL s'oppose à ce genre de
contrôle par la biométrie :
http://www.zdnet.fr/actualites/informatique/0,39040745,39122509,00.htm

Un lien vers une analyse intéressante de Xavier Guchet : Manger sous
surveillance, L'usage d'une technique biométrique pour le contrôle d'accès
à la cantine scolaire
http://www.creis.sgdg.org/colloques%20creis/2004/Guchet.htm

09 novembre 2005

L'état de siège en perspective?

Il semble que les violences s'affaiblissent. Cette nuit, on déplore quelques affrontements à Toulouse, et des incidents à Lyon et Bordeaux notamment. Cependant, dans l'ensemble le calme est revenu.

Biensûr, il faut rester vigilant. Il n'est pas possible de prédire ce qui peut se passer.

J'aimerai cependant m'intéresser à l'état de siège, défini par le Lexique des Termes juridiques Dalloz comme: régime restritif des libertés publiques pouvant être appliqué par décret sur tout ou partie du territoire en cas de menace étrangère ou d'insurrection, et caractérisé par l'accroissement du contenu des pouvoirs ordinaires de police, par la possibilité d'un dessaisissement des autorités civiles par les autorités militaires, et par l'élargissement de la compétence des tribunaux militaires. Selon la Constitution de 1958, l'état de siège est proclamé par le gouvernement, mais sa prorogation au-delà de 12 jours doit être autorisée par le Parlement.

La principale mesure est le recours à l'autorité militaire pour rétablir le calme.

Les reportages ont parlé de cette mesure, et on entend ici et là de plsu en plus de personnes pour l'application de cette mesure, soit le recours à la Défense Nationale.

En cas d'aggravation de la situation dans les banlieues, seriez-vous pour l'appel à l'armée pour rétablir la sécurité?

06 novembre 2005

L'emprisonnement des mineurs

Face au rajeunissement des auteurs d'infractions et l'accroissemnt de la garvité des faits, on remet régulièrement en cause le dispositif de l'ordonnance de 1945. Celle-ci apparaît aujourd'hui dépassée par l'évolution qu'a connu nos sociétés ces dernières décennies.

On entend souvent dire que le droit pénal est trop souple envers les mineurs, d'où les réformes législatives apportées à l'ordonnance.

Cependant, un mineur peut subir des peines:

10 ans - 18 ans:  sanctions éducatives possibles

13 ans - 18 ans:   peines en tenant compte de l'âge (atténuation de responsabilité)

La loi du 09/09/2002 a remis à jour les Centres éducatifs fermés.

 

Face à l'explosion de la délinquance des mineurs, qui n'est pas un phénomène purement français, mais correspond à une évolution caracétistique des pays européens et occidentaux:

 

Pensez-vous que l'emprisonnement peut être une sanction pour les mineurs?

09 octobre 2005

Votre prix nobel de la paix

Je serais intéressé de savoir à qui vous auriez attribué le prix nobel de la paix 2005....

Alors, je vous invite à me laisser un commentaire en m'indiquant votre choix, que vous pouvez justifier ou non....

 

27 septembre 2005

Vidéo-surveillance

Le Ministre de l'Intérieur va présenter dans quelques jours son projet de loi dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Soumis pour avis au Conseil d'Etat et à la Commission Nationale Informatique et Libertés, sa présentation en Conseil des Ministres est programmée pour le 19 octobre.

Parmis les mesures prévues pour permettre la lutte anti-terroriste, il y a la volonté de développer la vidéo-surveillance. Certains lieux publics (gares, métro) ou les personnes morales (banques, commerces, lieux de culte) pourront installer des caméras aux abords de leurs bâtiments. Ces installations seront à une procédure de surveillance.

M. Nicolas SARKOZY a d'ailleurs expliqué cette mesure lors de l'émission "Pièces à conviction" diffusée hier soir sur France 3. Il a indiqué l'importance qu'avait joué le système de vidéo-surveillance londonnien très fourni pour permettre l'identification des terroristes des attentats de Londres. Ce système de vidéo-surveillance apparait important tant au niveau de la surveillance pour prévenir une attaque, qu'au niveau de l'identification éventuelle des individus, qu'au niveau de l'enquête (grâce aux vidéos, les forces policières anglaises ont pu retrouvé un véhicule contenant 9 autres bombes).

Cependant, cette mesure va certainement relancé la crainte de la perte des libertés individuelles. M. Nicolas SARKOZY a bien indiqué que la vie des français n'intéressait pas le gouvernement: savoir à quelle heure il prend le train.... avec qui.....

Pourquoi de telle crainte pour les libertés individuelles? On dit souvent que ceux qui refusent ce système ont certainement des choses à cacher. Notre liberté peut-elle vraiment en souffrir???  Il faut noter qu'au-delà de la lutte anti-terroriste,  la vidéo-surveillance a un effet positif sur la délinquance....

 

Alors, qu'en pensez-vous???? POUR ou CONTRE la vidéo-surveillance......

 

Je reconnais que sur cette question, je serais plus enclin à être pour..... Je préfère être épié car je ne vois pas vraiment l'intérêt qu'aurait le gouvernement à connaître des petits détails de ma vie en vidéo (les services adminsitratifs savent ce que je fais, combien je gagne, quand je vais chez le médecin, si j'ai un chien......), que d'être victime d'un attentat......

 

Et vous.................................................................. 

 

03 septembre 2005

La peine de mort: pour ou contre?

M. le président. La parole est à M. le garde des sceaux, ministre de la justice.

 M. le garde des sceaux. Monsieur le président, mesdames, messieurs les députés, j'ai l'honneur au nom du Gouvernement de la République, de demander à l'Assemblée nationale l'abolition de la peine de mort en France.  En cet instant, dont chacun d'entre vous mesure la portée qu'il revêt pour notre justice et pour nous, je veux d'abord remercier la commission des lois parce qu'elle a compris l'esprit du projet qui lui était présenté et, plus particulièrement son rapporteur, M. Edmond Forni, non seulement parce qu'il est un homme de coeur et de talent mais parce qu'il a lutté dans les années écoulées pour l'abolition. Au-delà de sa personne et comme lui, je tiens à remercier tous ceux, quelle que soit leur appartenance politique qui, au cours des années passées, notamment au sein des commissions des lois précédentes, ont également oeuvré pour que l'abolition soit décidée, avant même que n'intervienne le changement politique majeur que nous connaissons.
Cette communion d'esprit, cette communauté de pensée à travers les clivages politiques montrent bien que le débat qui est ouvert aujourd'hui devant vous est d'abord un débat de conscience et le choix auquel chacun d'entre vous procédera l'engagera personnellement.
 Raymond Forni a eu raison de souligner qu'une longue marche s'achève aujourd'hui. Près de deux siècles se sont écoulés depuis que dans la première assemblée parlementaire qu'ait connue la France, Le Pelletier de Saint-Fargeau demandait l'abolition de la peine capitale. C'était en 1791.
 Je regarde la marche de la France.
 La France est grande, non seulement par sa puissance, mais au-delà de sa puissance, par l'éclat des idées, des causes, de la générosité qui l'ont emporté aux moments privilégiés de son histoire.
 La France est grande parce qu'elle a été la première en Europe à abolir la torture malgré les esprits précautionneux qui, dans le pays, s'exclamaient à l'époque que, sans la torture, la justice française serait désarmée, que, sans la torture, les bons sujets seraient livrés aux scélérats.
 La France a été parmi les premiers pays du monde à abolir l'esclavage, ce crime qui déshonore encore l'humanité.
 Il se trouve que la France aura été, en dépit de tant d'efforts courageux l'un des derniers pays, presque le dernier - et je baisse la voix pour le dire - en Europe occidentale, dont elle a été si souvent le foyer et le pôle, à abolir la peine de mort.
[...]

http://www.assemblee-nationale.fr/evenements/JO-debats/P1...

 

C'était le 17 septembre 1981 lors de la première séance à l'Assemblée Nationale. M. Le Garde des Sceaux Robert BADINTER prenait la parole pour demander l'abolition de la peine de mort.

La Loi n°81-908 du 9 octobre 1981 abolit la peine de mort.

Publication au JORF du 10 octobre 1981 Loi n°81-908 du 9 octobre 1981 Loi portant abolition de la peine de mort (1) version consolidée au 10 octobre 1981 - version JO initiale

Article 1
La peine de mort est abolie.
La peine de mort est écartée de l'éventail des peines. Cet éventail reste très large: emprisonnement à vie ou à temps, amende, et de nombreuses autres mesures (travail d'intérêt général, perte de droits...).
Cependant, lors d'évènements atroces, terrorisme - tortures et assassinats sur enfant ...., on entend parfois le souhait de pouvoir infliger de nouveau cette peine.
Arguments POUR:     crimes atroces justifiant une peine capitale; impossible resocialisation du délinquant; ....
Arguments CONTRE:    les droits de l'homme (dignité, droit à la vie...); nombreuses erreurs ou possibilités d'erreurs judiciaires (notamment aux Etats-Unis); ....
CEPENDANT,     VOUS,   QUEL EST VOTRE AVIS??????????????????????????????????????
Pensez-vous que la peine de mort est une peine atroce et inefficace   OU    au contraire qu'il apparaît nécessaire de la rétablir? 

25 août 2005

La lutte contre le terrorisme: une priorité dans votre quotidien?

 

 

DONNER MOI VOTRE AVIS

 

J'ai eu l'idée de cette rubrique pour créer une sorte de débat d'idées.

Mes articles expriment mon idée sur un sujet. Ici, j'aimerai que se soit les visiteurs de mon site qui puissent s'exprimer sur un sujet, que vous pouvez d'ailleurs me proposer par e-mail (fxrd@voila.fr).

 

Pour cette première, j'ai choisi la lutte contre le terrorisme. Vous me direz que le thème n'est pas très original mais il a le mérite d'être d'actualité!

Nombreux pays ont fait de la lutte contre le terrorisme une priorité, en commençant par les Etats-Unis et la plupart des Etats de l'Union Européenne. La France a posé la lutte contre le terrorisme comme une nécessité absolue. Le plan vigipirate est toujours actif, de niveau rouge (avant dernier niveau de l'échelle).

Pour vous......................

Cette lutte doit-elle être une priorité?

Comment appréhendez-vous le terrorisme dans votre quotidien? Vous en avez peur, vous y pensez, cela ne vous touche pas....

Voici quelques questions pour commencer le dialogue......

 

J'espère que vous serez nombreux à vous exprimer! N'hésitez pas à laisser votre opinion!