Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 novembre 2005

La biométrie en cause!

 

J'ai reçu un message qui indique le récit de la destruction du système biométrique mis en place dans un lycée. <J'ai été assez étonné de cette nouvelle. Il est marrant de constater que les étudiants soumis à ce système l'accepte mais que des personnes contre le contestent d'une façon si autoritaire. Je ne m'oppose pas à une réaction: manifestations, débats.... mais une intervention de la sorte. Cette intervention vise à critiquer un système autoritaire.... mais qu'y a t'il de plus autoritaire entre le système biométrique et une intervention gagoulée pour détruire???

Que l'on soit pour ou contre le système biométrique, je pense que de tels agissements sont toujours autoritaires et contraire à la démocratie.

Voici le message en question:

Message: 1
Date: Tue, 22 Nov 2005 11:41:42 +0100 (CET)
From: "Jean-Philippe JOSEPH"
Subject: [Etatpenal] Destruction d'un dispositif  biométrique au lycée
de Vallée de Chevreuse

DESTRUCTION D'UN DISPOSITIF BIOMETRIQUE AU LYCEE DE LA VALLEE DE CHEVREUSE
source : paris.indymedia.org

Le 17 novembre, à l'heure de midi, une vingtaine de clowns ont pénétré en
chantant dans le réfectoire du Lycée de la Vallée de Chevreuse (91). Cet
établissement, situé dans la technopole de Saclay qui regroupe des
laboratoires du CEA, CNRS, Polytechnique, Danone… expérimente un
dispositif biométrique pour contrôler le flux des élèves au self. Tandis
que certains improvisaient un sketch et donnaient des tracts, les deux
lecteurs biométriques ont été totalement détruits à coups de marteau. Ils
avaient improvisé à cet effet un périmètre de sécurité pour protéger les
personnes présentes. Alors que les individus déguisés sortaient du lycée,
des surveillants et des élèves les ont violemment pris à partie. 3
personnes ont été interpellées et placées en garde à vue. Elles ont
comparu hier après-midi au tribunal d'Evry, le procès étant reporté au 16
décembre. Les dégâts sont estimés à plus de 15 000 euros. Cette action est
revendiquée par un collectif qui dénonce les dispositifs de surveillance
et de contrôle social, dont la surenchère est entretenue par les instituts
de recherche et les industries High Tech.
Notons que l'installation du lycée de la Vallée de Chevreuse est
rigoureusement conforme aux consignes du GIXEL, le lobby des industries de
l'interconnexion, des composants et des sous ensembles électroniques, qui
conseille dans son « Livre Bleu » remis au gouvernement : « La sécurité
est très souvent vécue dans nos sociétés démocratiques comme une atteinte
aux libertés individuelles. Il faut donc faire accepter par la population
les technologies utilisées, et parmi celles ci, la biométrie, la
vidéosurveillance et les contrôles. Plusieurs méthodes devront être
développées par les pouvoirs publics et les industriels pour faire
accepter la biométrie. Elles devront être accompagnées par un effort de
convivialité par une reconnaissance de la personne et par un apport de
fonctionnalités attrayantes :
Education dès l'école maternelle, les enfants utilisent cette technologie
pour rentrer dans l'école, déjeuner à la cantine…. » (...)


Ci joint un article qui montre que même la CNIL s'oppose à ce genre de
contrôle par la biométrie :
http://www.zdnet.fr/actualites/informatique/0,39040745,39122509,00.htm

Un lien vers une analyse intéressante de Xavier Guchet : Manger sous
surveillance, L'usage d'une technique biométrique pour le contrôle d'accès
à la cantine scolaire
http://www.creis.sgdg.org/colloques%20creis/2004/Guchet.htm

Commentaires

Cher monsieur,

Je tiens à répondre à votre commentaire concernant l'action contre la biométrie du lycée de la vallée de chevreuse. Vous critiquez cette action sur la base de son caractère autoritaire. Effectivement, si l'on refuse un monde coercitif, il est bon de ne pas employer de moyens coercitifs pour s'y opposer: la fin ne justifie pas les moyens. Sur le fond, je suis donc d'accord avec vous. Je crains en revanche que vous méconnaissiez le caractère de cette action: il s'agissait avant tout d'une destruction symbolique (la biométrie n'en disparait pas pour autant des lycées), réalisée de manière plus pédagogique que violente. D'autre part, je crains que vous ne méconnaissiez la manière dont les principes démocratiques sont, à toutes les étapes de l'installation de ce genre de dispositifs, contamment violés. En effet, règne la politique du fait accompli, assortie d'un vide juridique complet. Parallèlement, le principe de la consultation démocratique est sans arrêt, en matière de nouvelles technologies, instrumentalisée de manière spectaculaire de telle sorte à faire mine de prendre en compte les objections pour mieux les disqualifier par des expertises patentées. Ainsi, le pseudo débat démocratique a lieu de manière totalement indépendante de l'installation des dispositifs qui, elle, continue sans prendre en compte les résistances. Des institutions comme la CNIL, par ailleurs, ont pour vocation de gérer et d'encadrer ces technologies; aussi la CNIL n'intègre-t-elle pas la question fondamentale: celle de savoir si cette technologie, nuisible en soi et correspondant à des conceptions plus que douteuses du politique et de la vie sociale, puisse être tout simplement inacceptable. Enfin, ce genre d'action a le mérite de faire parler de la biométrie par le dehors, c'est-à-dire depuis l'intérieur de la société civile, ce qui permet de s'opposer aux opérations de com telles que l'exposition proposée par la cité des sciences et de l'industrie en ce moment.
Voilà pourquoi je revendique le bien-fondé de ce genre d'action, lesquelles s'inscrivent dans une condamnation ferme de la politique du fait accompli et de l'instrumentalisation de la démocratie à des fins publicitaires.
Sincères salutations,
L'une des personnes inculpées.

Écrit par : antonius blok | 28 novembre 2005

Vous savez, je comprends votre initiative. Il est plus facile de se faire entendre par une action de la sorte que par un recours devant une juridiction.
Cependant, il n'y a pas si longtemps, des OGM étaient arrachées, des Mc Do détruits car considérés mauvais pour la santé.
Or, on sait que les véhicules à moteur sont très polluant et donc néfastes.... des écologistes pourraient demain se mettre à détruire tous ces véhicules.....
Mon exemple est voulu exagéré pour démontrer qu'il n'est pas possible de faire entendre ces idées de cette manière car demain on pourra assister à du terrorisme écologique (déjà existant) ou bien d'autres choses.... Car si chaque personne met en pratique ces idées personnelles... en plus de nombreux changements, je crains qu'il y est des morts!!!

Je noterais cependant deux choses pour reprendre un discours plus posé:
- la première chose c'est qu'il apparait que la CNIL est opposée à ce procédé (j'ai d'ailleurs mis un lien).
- la deuxième chose c'est que vous le faites remarquer, il y a un vide juridique. L'article auquel j erenvoie parle de "aux frontières de la loi". Dans ce cas, il est nécessaire de demander une loi à nos députés. Car malheureusement, si la loi ne le prévoit pas c'est que le procédé est de fait légal! Ironie de la situation.
- il faudrait aussi savoir ce que préfère les français: si ce système les séduit. Car une minorité ne peut pas imposer sa conception à une majorité, ce qui serait contraire à la démocratie. Cependant, je pense que les français ne s'attachent pas à ce type de question... même le vote des présidentielles ne séduient plus...
-ENFIN, je critique votre action car OUI il est nécessaire de critiquer le fonctionnement de nos politiques et je suis le premier à critiquer certains de leurs comportements (regarder plusieurs de mes commentaires), il serait nécessaire de savoir d'où sort l'argent des CAISSES NOIRES de l'Elysée et d'ailleurs pourquoi celle-ci existe.... il faudrait demander des comptes sur les gaspillages de l'argent de nos impots...... LE PROBLEME c'est que des actions de la sorte entraîne une médiatisation d'un comportement violent, renforçant et appuyant alors les initiatives de la sorte. J'ai peur que vous ne faites qu'alimenter les arguments en faveur de systèmes sécuritaires tels que la viodéosurveillance. Je pense sincèrement que si vous vosu étiez attaché aux barreaux de la grille de l'école en dénonçant le système, vous auriez été entendu et surtout écouté. Aujourd'hui, on vous considère comme un délinquant que l'on n'écoutera pas (à moi de s'appeler José Bové). Je trouve d'ailleurs que c'est ce qui est le plus dommage sur votre action. Vous allez risquer une peine de prison pour un résultat très mitigé.


Je tiens en tout cas à vous remercier d'être venu expliquer votre point de vue. Je vous invite à revenir, et à vous penchez sur d'autres commentaires...

Écrit par : fxrd | 28 novembre 2005

J'ai reçu un nouveau message dans ma boite, et je ne pense pas que antonius blok m'en veuille de le diffuser.... malgré mon opinion sur le risque de ce type d'action.....


Voici le message:


Bonjour!

Dans le cadre du procès des trois personnes inculpées suite à l'action
anti-biométrie du lycée de la vallée de chevreuse (cf pièce jointe), je
sollicite votre soutien et votre aide. Dans la mesure où la défense est
préparée sur le terrain politique, nous avons besoin d'écrits faisant
autorité sur la question de la biométrie, envisagée d'une manière bien
entendu critique. Il nous serait utile, d'une part, - dans la mesure où
vous jugez bon de soutenir cette action - , d'utiliser les moyens de
communication qui sont à votre disposition pour rendre publique une critique
de la biométrie (articles, tribunes). D'autre part, la défense requiert des
témoignages ou "expertises" sur la question...notamment sur la difficulté de
remettre les dispositifs biométriques en question par la voie
administrative. Vous pouvez envoyer ces derniers à Maître Terrel, 33 rue
Lacépède, Paris 5ème (tel: 01 45 87 29 54, fax: 01 47 07 83 14) , autant que
possible avant le 12-13 décembre, le procès ayant lieu le 16.
Les soutiens financiers sont les bienvenus (mais bon...un soutien
idéologique apporte déjà beaucoup).

Si je résume:
- lettre de soutien aux inculpés qu l'on puisse produire au procès
- expertise ou témoignage servant directement au procès
- tribune ou articles à paraître de façon indépendante
- quelques sous éventuellement.

Merci d'avance, et au plaisir de vous rencontrer.
Antonius Blok.

(un dossier de presse en pj, avec des coordonnées et des informations sur le
procès)
-------------- section suivante --------------
Une pièce jointe non texte a été nettoyée...
Nom: dossier-presse.pdf
Type: application/pdf
Taille: 244575 octets
Desc: non disponible
Url: https://listes.globenet.org/private/etatpenal/attachments/20051128/aadd2b33/dossier-presse.pdf

Écrit par : fxrd | 29 novembre 2005

Les commentaires sont fermés.