Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 septembre 2005

Katrina: véritable film catastrophe

Après le passage de Katrina

Une telle catastrophe rappelle combien les éléments naturels conditionnent notre planète. L'ouragan Katrina a ravagé la Nouvelle-Orléans. Les destructions et les innondations ont modelé un nouveau visage  à la capitale de la Louisiane. C'est un paysage de désolation.

La première réaction doit être vis-à-vis des sinistrés auxquels j'apporte mes pensées. Ceux-ci sont en train de vivre une épreuve difficile.

Malheureusement, cette catastrophe nous apporte d'autres enseignements ou "non-enseignements" qu'il est impératifs d'explorer:

- Tout d'abord, on peut reprendre immédiatement les critiques régulièrement opérées à l'encontre des administrations en charge de la protection des populations, et ce à deux titres.  D'une part, la catastrophe était prévisible et plusieurs scientifiques avaient annonçé l'évènement depuis déjà plus d'une année. Il est regretable que ces avertissements n'aient pas été plus pris en compte. Cependant, ces mêmes scientifiques n'étaient pas en mesure de déterminer une date: 1 an, 10 ans, 20 ans... D'autre part, la puissance de l'ouragan a été sous-estimé limitant de fait la mise en oeuvre des plans d'évacuation et de protection des habitants. C'est d'ailleurs sur ce point que la critique doit être la plus vive. Chaque français, non concerné directement par l'évènement, avait été averti de la catastrophe en devenir. Comment se fait-il que les autorités n'aient pas pris les mesures qui semblaient s'imposer? Les populations américaines n'étaient pas préparer.

   Katrina arrivant sur la Nouvelle-Orléans

- Puis, on s'interroge énormément sur l'inertie des Etats-Unis, première puissance du monde. Comment le pays le plus puissant du monde a t-il succombé devant un ouragan? Ce pays qui lutte contre le terrorisme dans le monde, qui se dit le gendarme du monde, qui impose sa volonté économique et politique.... et bien, les Etats-Unis restent un Etat du monde peuplé par des femmes, des hommes et des enfants.... Peut-on affirmer être en mesure de réagir sans difficulté si une telle tempête s'abattait sur nous? Certes, suite aux innondations de ces jours, les autorités ont été très compétentes puisque les mesures mises en place ont évité toute catastrophe. Cependant, il faudrait tout de même rappeler que ces départements sinistrés connaissent des innondations de la sorte depuis des décennies. Il serait même intéressant de se demander pourquoi de telles innondations persistent régulièrement?  .......... Excusez-moi, je suis obligé d'opérer une modification suite aux informations d'aujourd'hui: le Gard a encore été victime d'innondations aujourd'hui, mais cette fois-ci les mesures peuvent être critiquées! Comment se fait -il que les collégiens et les lycéens ont pu quitter leur établissement alors que certains villages et villes étaient innondées et encore sous la pluie. La vigilance a vite été abandonné!!! Il est donc facile de lancer la pierre aux Etats-Unis.....

- Cette catastrophe a mis le doigt sur les différences sociales qui existent dans les pays occidentaux. L'ouragan a touché esentiellement les pauvres et les noirs. Ces populations manquent de tout. Problèmes de nourritures, de médicaments, de logement.... auxquels s'ajoutent les pillages....  Désormais l'évacuation obligatoire, forcée si nécessaire, a été décrétée pour faire face aux risques de contagions mortelles dues à une bactérie dans l'eau stagnante. Cette nouvelle est alarmante: le risque de victimes supplémentaires semble malheureusement prévisible. Sur les populations pauvres et noires les plus touchées, voir l'article suivant: http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=5...

 

 Une sinistré ayant tout perdue

- De plus, cette catastrophe peut aussi être rapproché des difficultés climatiques que connaissent plusieurs départements du Sud de la France actuellement, à savoir des innondations. Pourquoi l'eau ne s'évacue plus correctement? Pourquoi même des innondations? La réponse est simple. Arrêtons de parler de changement climatique, de tempête du siècle!!! Parlons simplement d'urbanisme à outrance et de pollution. La terre ne devient pas folle comme on semble vouloir nous faire croîre. Nous la détruisons. Et c'est peut-être là le juste retour des choses pour des pays comme les Etats-Unis qui en matière d'accords sur l'environnement refusent catégoriquement toute signature. 

- Enfin, on peut signaler le manque de transparence dont font preuve les Etats-Unis. Il est actuellement impossible de parler d'un nombre de victimes cohérent. Les annonces sont diverses et assez vagues. La France ne semble d'ailleurs pas en reste, puisque on annonçait aujourd'hui qu'environ 160 français pourraient avoir disparus lors de l'ouragan. Or, selon les autorités, on ne pourrait pas parler de disparition et cela concernerait seulement quelques dizaines de personnes. 

 

Il est dommage qu'une catastrophe soit nécessaire pour permettre une prise de conscience des inconvénients que connaissent nos pays:  catastrophes naturelles possibles, pollution, pauvreté, défaut de transparence de l'information... Cependant, la véritable catastrophe est de ne pas prendre conscience de ces problèmes et de ne rien faire pour améliorer cet état. Sans vouloir être pessimiste, je ne pense pas que cet ouragan changera beaucoup de chose: la reconstruction a débuté mais je pense qu'elle sera à l'identique: urbanisme poussé, pauvreté.........................................

17:45 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Actualité

28 juillet 2005

IRA - Londres: une journée historique?

La nouvelle est aujourd'hui officielle: l'Armée Républicaine Irlandaise (IRA) a ordonné à ses militants de déposer les armes et de mettre fin à la lutte armée à partir de ce jeudi 28 juillet 2005. L'objectif de la réunification de l'Irlande et du retrait de l'autorité britannique sur l'Irlande du Nord ne sera désormais poursuivi qu'à travers des moyens politiques. La principale branche politique de l'IRA est représentée par le Sinn Fein, dont le président est Gerry Adams.

 

Il aura fallu attendre 35 ans de lutte et plus de 3000 morts pour obtenir cette décision historique. Depuis 1970, l'IRA combattait pour les droits des catholiques nord-irlandais, et ce à l'aide d'attentats meurtriers. Aujourd'hui, Tony BLAIR a parlé d'un "pas d'une ampleur jamais vu", permettant à la paix de remplacer la guerre, à la politique de remplacer la terreur. 

 

Cependant, il faut espérer que cette annonce soit bien suivi dans les faits. Le Parti Démocratique Unioniste (DUP), principal opposant du Sinn Fein, ne voit dans cette annonce qu'un leurre; en rappelant les nombreux communiqués annonçant un dépot historique des armes.

 

Une composante nouvelle intervient dans le débat actuel: la nouvelle donne terroriste. Le terrorisme ancien servait à créer une pression politique en soutenant une idée fondée sur une évolution historique. Malgré ses conséquences dramatiques, ce terrorisme restait hiérarchisé et réfléchi. Or, le mouvement terroriste a muté ces dernières années. "Le terrorisme est devenu massif, déterritorialisé, irrationnel, mutant, fluide, criminalisé, désétatisé". On parle des "terrorismes du chaos mondial" (GAYRAUD Jean-François et SENAT David, Le terrorisme, Collection Que sais-je?, PUF, p: 18 et s.). Loin de la banalisation d'hier dont on pouvait faire le constat, le terrorisme est aujourd'hui l'enjeu principal dans la lutte contre les phénomènes criminogènes. Le terrorisme violent fait peur.  L'association du terrorisme de l'IRA au terrorisme d'Al-Qaida serait préjudiciable pour la cause défendue par l'IRA. Les évènements de Londres ont certainement créer une forte pression à l'égard des mouvements armées. Il est donc possible d'espérer que cette annonce de cessez-le-feu soit déterminante. Le 28 juillet 2005 deviendrait alors une date réellement historique, notamment pour l'Irlande et la Grande-Bretagne; mais aussi pour l'Europe puisque seuls quelques groupements armées existent encore.

 

Peut-on penser que cet impact du terrorisme joue comme une prise de conscience pour les autres mouvements? En Espagne, malgré les attentats de Londres, l'ETA n'a toujours pas cessé ses actions. Il n'est donc pas encore possible de faire preuve d'un optimisme général.

20:35 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Actualité

26 juillet 2005

Affaire Ramda..... suite...

Alors que l'on attend toujours la décision de la Haute Cour de Justice britannique, la visite de M. Le Premier Ministre Dominique de VILLEPIN au Premier Ministre britannique Tony BLAIR a relancé l'affaire RAMDA dans les médias.

10 ans d'attente pour obtenir cette extradition. Cette affaire stigmatise les difficultés au niveau de la coopération pénale entre les Etats, et ce même au sein de l'Union Européenne. Car, malgré les nombreuses avancées illustrées par le mandat d'arrêt européen ou les équipes communes d'enquête, les difficultés persistent.

Tony BLAIR s'est personnellement engagé dans cette affaire puisqu'il a indiqué qu'il ferait le nécessaire pour permettre cette extradition. Cet engagement politique positif apparaît un peu tardif, d'autant qu'il aura fallu attendre que Londres soit soumis aux attentats ou tentatives d'attentats qui se multiplient. 

Lors de l'entretien entre les deux hommes ce lundi 25 juillet 2005,  la volonté commune de lutter contre le terrorisme fut réaffirmée. Des mesures pour renforcer la coopération bilatérale devraient être faites. Cependant, pourquoi chercher à établir une coopération bilatérale plus forte? Suite aux divers attentats, Etats-Unis / Espagne / Royaume-Uni / Egypte .... on se rend bien compte de la nécessité de lutter au niveau international ou du moins au niveau européen, contre ce phénomène. A mon sens, il serait préférable que les Etats s'engagent à multiplier leur coopération, dans les discours mais surtout dans les faits, au sein d'instances plus larges: Union Européenne, Conseil de l'Europe, Organisation des Nations Unies.... Ces attentats illustrent trop gravement les limites d'une coopération réduite.

10 ans d'attente.... encore quelques semaines.... Si l'extradition est enfin réalisée, elle permettra d'achever le processus de cet exemple flagrant et honteux d'une coopération inefficace. En revanche, si cette extradition est de nouveau refusée, cette affaire  serait un triste symbole.

 

Sur la rencontre entre les deux Premiers Ministres, voir notamment: http://www.premier-ministre.gouv.fr/information/actualite...

24 juillet 2005

Panique terroriste

Nos sociétés ont déjà été confrontées au terrorisme dans le passé. De nombreux Etats doivent faire face à un terrorisme régulier. La France est soumise à des difficultés en Corse, et dans une moindre mesure au Pays-Basque. L'Espagne doit faire face à l'ETA. Le Royaume-Uni connaît ce phénomène depuis longtemps: les affrontements avec l'IRA est ancien.  Malgré une certaine expérience de ce fléau, il semble que deux constats peuvent être fait à l'heure actuelle.

 

Premièrement, le terrorisme subsiste malgré une volonté apparente de lutte. Des conventions ont été signées, des accords pris. De nouveau, comme se fut le cas suite aux attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis  puis de Madrid en mars 2004, les attentats de Londres furent suivis d'une déclaration immédiate des ministres de l'intérieur lors d'un Conseil Justice et Affaires Intérieures exceptionnel du 13 juillet 2005. Lors de ce Conseil, la volonté de ratifier les instruments est réaffirmée ainsi que la volonté de développer les échanges et la coopération (pour consulter ce document: http://ue.eu.int/cms3_applications/applications/newsRoom/...). Cependant, il apparait que cette volonté n'est plus suffisante. L'instauration d'un véritable espace pénal européen trouve une nouvelle fois une illustration tragique. Un véritable système de coopération policière et judiciaire, encore plus étroit qu'il n'est aujourd'hui, doit se développer. Bien qu'il serait utopique de penser qu'un tel système serait un rempart au terrorisme et à la criminalité, il serait en revanche un  mécanisme efficace dans une lutte pour limiter ce phénomène.

 

Deuxièmement, on assiste à une certaine panique à l'encontre de ce terrorisme. Outre le renforcement de la sécurité dans la majorité des Etats de l'Union Européenne (en France, niveau trois du plan Vigipirate) qui est naturellement légitime, on perçoit une certaine panique notamment au Royaume-Uni. Les populations ont réagi calmement malgré les attaques à Londres. Cependant, comment expliquer la bavure policière ayant coûtée la vie d'un homme de 27 ans sans rapport aucun avec le terrorisme. Malgré cela, les policiers ont "ordre de tuer d'une balle dans la tête des kamikazes présumés". Le risque est alors porté sur la sécurité des citoyens, pouvant être victime d'un attentat ou d'une erreur policière. La peur du terrorisme ne doit pas créer des réactions disproportionnées et attives. Là encore, une coopération policière et judiciaire permettrait un échange fondamental d'informations et d'expériences plus efficace qu'un tir à vue!

 

Si les droits des citoyens se réduisent, c'est le terrorisme qui aura vaincu....

 

 

13:25 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Actualité

07 juillet 2005

Londres touché par le terrorisme

Ce jeudi 7 juillet 2005,

Après les Etats-Unis et l'Espagne...

Londres a été victime de 6 explosions dans les transports (métro et autobus). Le nombre des victimes s'élève actuellement à 33. Les attentats ont été revendiqués par un groupe terroriste se réclamant du réseau Al-Qaida. LA France est en alerte rouge (plan vigipirate rouge). L'Italie et le Danemark sont menacés d'être les prochains pays visés.

Cet évènement dramatique relance la nécessité de favoriser la lutte contre le terrorisme; mais surtout la volonté d'une mise en place rapide d'une Europe pénale forte: une très grande coopération judiciaire et policière. Malgré la connaissance de gros risques d'attentats, La Grande-Bretagne n'a pas été en mesure d'empêcher les explosions. Une lutte collective des Etats européens renforcera les moyens de lutte.

Je me joins à la population anglaise dans leur douleur. Le terrorisme est un des plus grands fléaux de notre époque. Les Etats doivent réellement se donner les moyens d'agir.

17:55 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Actualité

20 juin 2005

Affaire RAMDA

Rachid RAMDA est un islamiste algérien soupçonné d'avoir financé les attentats de 1995, notamment l'attentat de la station RER Saint-Michel ayant fait 8 morts et 150 blessés.
Il a été arrêté à Londres le 04 novembre 1995. Il est très rapidement placé sous écrou extraditionnel suite au mandat d'arrêt international lancé par la France. Depuis cette date, la France a régulièrement demandé son extradition. Pourtant, cette extradition est à plusieurs reprises refusée.
Ce n'est qu'il y a quelques jours, le 08 juin 2005, que l'on a appris que l'extradition de Rachid RAMDA avait été acceptée. Bien qu'il faudra attendre début juillet pour voir exécuter cette extradition, un dernier recours lui étant ouvert, il aura fallu 10 ans pour que cette extradition aboutisse!!!
En octobre 2002, la justice française a condamné le coordinateur et l'artificier de l'attentat à la réclusion à perpétuité.
Comment peut-on expliquer un tel défaut de coopération entre la France et le Royaume-Uni? La coopération pénale souffre de nombreuses critiques, dont sa lourdeur et sa lenteur. Cette affaire est un exemple concret et choquant de cette difficulté de coopération. Pourtant, cette affaire touche le domaine du terrorisme, qui depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, suscite un élan de volonté entre les Etats. Il est alors d'autant plus inexplicable d'expliquer un tel manque de coopération.
On ne peut que soutenir la création du mandat d'arrêt européen, venu assouplir les modalités de la procédure d'extradition. (Ce mandat était inutilisable dans cette affaire puisque les faits étaient antérieurs à son entrée en vigueur).
Il apparait souhaitable que de telles affaires ne se renouvellent pas.