Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 décembre 2006

Génération Culture jetable

Les discours et les débats se sont multipliés.... aujourd'hui les concepts de mondialisation ou de globalisation - les techniques d'Internet, la téléphonie mobile ou l'explosion de la télévision par satellite sont des notions ou évolutions connues et absorbées par les populations.

Toutes ces évolutions offrent un accès privilégié à la culture et à la connaissance.... l'exemple-type restant Internet, qui permet d'accéder à une information immense, bien qu'un tri doit être opéré. Documentations, informations, vidéos, programmes télévisuels ou radiophoniques.... la culture est à portée de main.

A contrario, il semble qu'aujourd'hui on rentre dans l'air de la "Culture jetable" où l'information, l'art, la connaissance... doivent être ingérés et digérés aussi rapidement.

On peut illuster cette impression avec de nombreux exemples:

- que pensez de la télé-réalité, avec les lancements d'artistes via la "Star Ac" ou "A la recherche de la Nouvelle Star" et les émissions assimilées, où ces artistes ne sont créés que pour durer quelques mois;

- que pensez de la gestion de l'information dont la seule préoccupation ne semble pas être une connaissance et un suivi du sujet, mais seulement du sensationnel. Souvenez-vous lors de l'affaire de la Grippe aviaire, le Monde était en surcis, les journaux ne se préoccupaient que de ce sujet ... jusqu'à l'affaire Clearstream, où le problème de la grippe aviaire a été complétement élucidé;

- comment expliquez que de nombreux professeurs alertent sur l'explosion de jeunes ne sachant écrire qu'en language sms.... où "comment fait-on pour se rejoindre ce week-end?"  se transforme en "komen fèton pr c Rjoidr c WE?" ...

- même les nouvelles techniques de communication saturent... A l'immense multiplication des blogs, s'ajoute la répétition.... Même parmi les blogs traitant de sujets sérieux (en opposition avec les romans photos), ces blogs ont tendance à répéter des articles d'une année sur l'autre, réitérant des dates anniversaires de sujets ou de thèmes...

Comment sera perçu notre société dans les décennies qui suiveront? On a de plus en plus l'impression que la "culture" pris dans un sens large, s'est arrêtée il y a de nombreuses années; où les Grands Hommes de l'Histoire resteront des De Gaulle ou des Jean Monnet ; où les peintres reconnus restent des David, Delacroix, Monet ou Dali... Certes, je reconnais l'exagération de cette observation, quoique, citez moi un homme que vous pensez pouvoir qualifier de Grand Homme (sans que celui-ci ait été rattrapé par des mensonges, fraudes ...), citez moi un nouvel artiste peintre ou chanteur dont la carrière restera intact.... même notre Histoire évolue tellement vite que les livres ne pourront l'intégrer...

Sommes-nous à l'entrée d'une nouvelle ère? Internet, blog, sms.... Vers la culture jetable?! 

Commentaires

Pour s'en tenir à l'art, seul le temps sépare le bon grain de l'ivraie.

Brassens est, sauf erreur de ma part, dans les manuels scolaire, ouvrages rarement d'avant-garde. Il en était absent lorsque j'étais au primaire, quelques années après sa mort.

Cet exemple se retrouve dans toutes les formes de création, à chaque époque. Il n'est que l'illustration du débat séculaire entre anciens et modernes et, si j'ignore aujourd'hui quels seront, à l'heure de mes vieux jours, les artistes que l'histoire retiendra, je suis en revanche certain qu'elle en comptera quelques uns dont nous aurons connu les débuts.

Ainsi, non seulement je doute l'on puisse utilement juger de la valeur des oeuvres dont nous sommes contemporains, au regard de l'histoire culturelle, mais je crois en outre que les progrès des modes de diffusion des contenus sont susceptible d'offrir une visibilité à des créatifs dont les oeuvres seraient restées, en d'autres temps, confidentielles. Une fois passé le tamis du temps, je ne serais donc pas surpris qu'il reste plus de pétites qu'avant, au moins d'aussi bonne qualité.

Écrit par : Calamo | 07 décembre 2006

Je suis d'accord avec vous dans le sens que le futur retiendra de notre présent des créations dont on ne retient pas toute la valeur, certainement du fait de l'accoutumance ou de la quotidienneté de la chose... On peut en revenir au fait que les peintres ont toujours (à de rares exceptions) été reconnus qu'après leur mort... leur époque ne reconnaissant pas leur grandeur.

Je reste tout de même convaincu du fait que la culture est devenu un élément de grande consommation. Certes, une partie de ces éléments resteront et seront reconnus, mais une immense partie passera outre. Ceci a aussi été le cas pour les époques antérieures, à la différence près que l'on a multilplié la création par un immense exposant. Cependant, je souhaite surtout évoquer le problème de ce besoin de créer de la culture dont l'objectif n'est pas la création mais l'argent, base de cette culture jetable. Mais ce qui me gêne peut être le plus est le déséquilibre dans l'appréhension des évènements...
Enfin, je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous sur le fait que l'on ne soit pas en mesure de juger les oeuvres de notre époque, oeuvre pris dans un sens large (de même que la culture pour mes développements). Les avancées sont aujourd'hui si rapides, les moyens de communication tellement évolués; que les répercussions de certaines oeuvres apparaissent rapidement au grand jour, ou au contraire s'estompe.....
Une seule certitude: notre futur nous permettra de savoir ce qu'il a retenu de notre passé/présent.

A bientôt.

Écrit par : fxrd | 08 décembre 2006

Salut FX,

Je suis entièrement en harmonie avec ta note.
Au fait, bonne fête avec un peu de retard : Désolé.
Amitiés,
Christophe

Écrit par : Christophe Bénazeth-Guillamon | 11 décembre 2006

Les commentaires sont fermés.