Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 avril 2006

Jean-Marie LE PEN: président en 2007? Utopie, possibilité ou réalité!

Vous l'avez remarqué, les analyses politiques se sont multipliées depuis ces quelques jours... nous sommes 4 ans après le séisme politique qui a secoué la France. Jean-Marie LE PEN obtient 16,86% des suffrages juste derrière Jacques CHIRAC avec 19,88%. La Gauche s'effondre, Lionel JOSPIN ne recueillant que 16,18% des voix (http://www.conseil-constitutionnel.fr/dossier/presidentie...). Comment peut-on expliquer ce second tour historique? De multiples raisons ont été avancées: vote sanction contre les autres partis politiques; abstention (jeunes, électorat de gauche...); une montée des extrêmes dont certains se revendiquant d'extrême gauche ont voté Front National (FN); un nombre élevé de candidats puisque 16 candidats se représentaient; une faible mobilisation à gauche; une coupure entre les grands partis et son électorat; ou l'influence des médias sur le thème de l'insécurité. Ces causes sont nombreuses, cependant jamais personne n'a indiqué que ce sont peut-être les idées du Front National qui ont séduit, notamment le volet sécuritaire.

Depuis 20 ans, on diabolise Jean-Marie LE PEN et son électorat. Les critiques se multiplient contre lui. On donne une mauvaise politique à l'extrême droite tout en laissant la gauche faire de nombreuses alliances avec les partis d'extrême gauche, qui comme leur définition l'indique, restent eux-aussi des partis extrémistes dangereux pour la démocratie. Or, depuis ces mêmes 20 ans, le FN gagne du terrain. Personne ne pensait qu'il ne dépasserait la barre des 5% (en 1974: 0,7%)... puis des 10% (en 1988: 14,4% et en 1995: 15%) .... puis les 17%!!!! Or, aujourd'hui, le FN est un parti structuré avec à sa tête un homme fédérateur. On peut se rassurer d'ailleurs d'une chose: les dérapages honteux qu'il a pu faire, ont permis de tempérer sa montée en puissance. Lui-même a perdu de sa crédibilité au travers de ces interventions injurieuses ou négasionnistes! Sinon, on pourrait imaginer que son influence aurait été plus grande encore, comme ce qui s'est passé en Autriche (20% de voix), en Suisse (22%) ou en Flandre (Belgique; 25%).

Quoiqu'il en soit, Jean-marie LE PEN séduit une partie des français, qui se sentent proches de ce candidat. La diabolisation n'y change rien. Au contraire.... Cependant, aujourd'hui et pour 2007, tout le monde est rassuré.... la situation est différente... tout est rentré dans l'ordre!!!! Pire, dans les sondages on ne parle que de Ségolène Royal et de Nicolas Sarkozy.... On connait d'ailleurs toute la fiabilité des sondages. Rappelez-vous, le second tour en 2002 devait opposé tranquillement Chirac / Jospin!!!  Mais rassurez vous : tout va bien! La gauche a multiplié les attaques et les diabolisations de l'extreme droite; la France a juste connu une crise sociale dramatique dénommée "la crise des banlieues" où l'on a découvert une France sous les flammes; et le conflit anti-CPE qui a éclaté la France vient tout juste de se terminer!!!! Et bien, pour ma part, je suis rassuré..... La France connait une situation pire que celle de 2002!!!! A oui, j'oublie: Le Pen ne pourra pas jouer la carte de la surprise!!!! Les politologues se rassurent: il n'y aura plus de surprise... de plus, les partis ont compris la leçon et vont présenter moins de candidats (pour s'en rassurer, il n'y a qu'à voir les querelles au sein des partis).

Et bien non! La situation est belle et bien différente.... mais je pense qu'elle apparait presque plus favorable au parti d'extreme droite. Biensur, certains avancent que l'extreme droite est éclatée avec notamment Philippe De Villiers mais n'oublions pas que la situation était semblable en 2002 avec Bruno Mégret. De plus, on dit du FN qu'il est affaibli mais cet argument est sans cesse repris.  Or, le FN  jouait sur la peur de l'immigration clandestine et de la criminalité dans les quartiers difficiles. Je pense que pour la grande majorité des français, la crise des banlieues est un bel exemple de ce danger. De plus, la gauche n'a cessé de diaboliser et de critiquer l'électorat du FN, ce qui ne facilitera pas leur changement de cap. La solution était pourtant assez simple: une grande partie de l'électorat souhaite que les politiques s'interessent à certaines demandes précises. Car on ne me fera pas croire que 16,86% des français ont voté Le Pen pour se venger soit 4 804 713 électeurs, d'autant que le score au second tour n'a pas été nul, au contraire il recueille plus de voix qu'au premier tour c'est-à-dire 5 525 032 voix (17,79% des voix)  (http://www.conseil-constitutionnel.fr/decision/2002/20020...) !!! Les français réclament essentiellement la lutte contre l'insécurité et la précarité c'est-à-dire veulent un renforcement de la sécurité en générale. Les électeurs du FN ne sont pas des fachistes en armes... ce sont des ouvriers, des habitants de cités défavorisées.... Ne pas les écouter et pire les diaboliser, renforce le risque de vote vers les extremes. Seul candidat qui semble avoir compris ce que voulait les français:  Nicolas Sarkozy.

Et oui, la gauche critique, une partie de la droite critique, une partie de l'électorat critique.... pourtant Nicolas SARKOZY fait ce que veulent les français: lutter contre l'insécurité. Certes, les sondages lui sont parfois défavorables (rappelons encore la fiabilité de ceux-ci)... On lui reproche ces dérapages. Sur ces dérapages, certains sont montés en épingle par les médias (on prend une partie d'une phrase que l'on sort du contexte) d'autres sont sciemment préparés par le politique. Nicolas Sarkozy est un grand orateur, il connait la politique puisqu'il est plongé dedans depuis des années, il connait le poid des mots. Ces interventions dérangent, choquent parfois, mais sont aussi largement appréciées d'une partie de l'électorat. Il ne s'en cache pas: il veut les voix du FN. Il peut les avoir car il donne la sécurité que réclame cet électorat, sans cracher sur ces électeurs. Or, seul ce candidat a pris en compte les attentes des français en 2002. Il est le seul à avoir compris comment contrer le FN: prendre au sérieux les attentes de plus de 5 millions d'électeurs!!!

En conclusion, selon moi (qui ne suis pas politologue!!!), le FN est tout aussi dangereux qu'en 2002, voire plus car une partie de la situation du pays va dans son sens. La gauche qui critique l'électorat d'extreme droite en étant largement allié aux partis extremistes de gauche a une attitude dangereuse notamment pour la démocratie. Seul Nicolas Sarkozy prend le contre-pied en écoutant un électorat puissant. Il reste une année avant cette élection... les dates seront d'ailleurs bientot connus.... je pense que les politiciens devraient réellement se mettre à écouter leurs électeurs!

20:35 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.