Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 décembre 2005

Une hésitation d'orthographe!!!

Vous allez peut-être trouver cette note idiote.... mais j'hésites sur l'orthographe d'une "expression" que l'on utilise assez souvent.

Là voici:

je souhaite écrire  une expression qui veut dire la même chose que:   "jusqu'à maintenant" mais je ne sais pas de quelle façon il faut l'écrire:

-  jusqu'à lors

ou

- jusqu'alors

Mise en situation:

Il agissait en-dehors de toute autorisation jusqu'à lors.

.....................................................................'alors.

Selon moi, la première orthographe serait la plus logique pour des questions de définition des mots. Cependant, en recherchant un peu, la plus part des personnes écrivent selon la seconde orthographe.

Alors, selon vous, quelle est la bonne orthographe????

LA REPONSE ETANT:  jusqu'alors!

02:40 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : Sujets divers

Commentaires

Sans hésitation, la seconde.

Écrit par : Droit administratif | 12 décembre 2005

Pareil.

Écrit par : Paxatagore | 12 décembre 2005

j'ai actuellement le même débat au travail ! je suis la seule à écrire "jusqu'à lors" qui me semble plus logique.. mais je suis la seule à penser ça !

Écrit par : isa | 22 février 2013

Moi, j'ai le même problème... j'écris tout le temps "jusqu'à lors" et de façon significative, c'est ce qui me semble le plus juste. "Jusqu'alors" ne semble pas correspondre en terme de définition. Du moins, c'est ce que je pense.

Écrit par : skyrem38 | 08 juillet 2014

jusqu'à lors me semblait plus logique cependant on écrit "Elle était alors une jeune femme..."et en espagnol et portugais on traduit par hasta entonces et até entonces

Écrit par : Frank | 30 décembre 2014

J'ai tendance à préférer "jusqu'à lors"...
Mais aussi "la plupart" au lieu de "la plus part" !

Écrit par : Dany | 09 avril 2015

Les commentaires sont fermés.