Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 novembre 2005

La démocratie un genoux à terre!

Les exactions de ces derniers jours ne cessent de se développer. De Clichy, les affrontements se sont multipliés en banlieue parisienne, pour atteindre toutes les grandes villes françaises: Bordeaux, Lyon, Saint-Etienne, Strasbourg.....

Les forces de police semblent impuissantes. Comment peuvent-elles réagir devant ce nombre d'attaques et sous cette forme. La réaction apparaît difficile.

Il est nécessaire de rétablir rapidement l'ordre public.

J'aimerai faire quelques remarques:

- il y a déjà plusieurs jours, avant même que les évènements prennent cette tournure dramatique, les journaux allemands titraient en première page ces évènements. Nous, humble devant notre magnifique système d'intégration, que nous vantions tant que possible.... nous devons nous attendre à de très fortes critiques.... bien méritées.

- j'ai été vraiment scandalisé lorsque j'ai entendu plusieurs interventions de personnes à qui on offrait la possibilité de s'exprimer. Une première personne disait en interpellant des jeunes "c'est pas des voitures de bourgeois mais de simples ouvriers".... pourquoi car si on détruit la voiture d'une personne de classe moyenne, c'est normal???  Une autre personne disait: "je les comprends, ils s'ennuient donc ils brûlent des voitures". J'espère que tous les jeunes qui s'ennuyent à un moment donné de la journée ne brûlent pas des voitures..... sinon nous rouleront tous à pied rapidement!!!!!   Je trouve inutile à la télévision de diffuser des reportages où l'on fait parler des personnes qui interviennent pour dire des débilités pareils.

- j'aimerai aussi critiqué la position de plusieurs hommes politiques de gauche et notamment François Hollande. Ils demandent la démission du ministre car ce serait sa faute. Ils oublient trop vite que le problème des banlieues ne datent ni d'hier ni d'avant hier. Que se soit la droite ou la gauche, tous sont fautifs. Le problème date de plusieurs décennies. De plus, je ne trouve pas normal que devant les exactions de la sorte, ils se rallient à cette demande de démission des casseurs. Demain, s' ils réclament la démission des chefs de tous les partis politiques, M. Hollande sera -t-il  aussi enclin à démissionner..... Il aurait fallu que toute la classe politique soit unie face à de tels évènements. L'orde public et la démocratie sont attaqués. Cela ne concerne pas un parti ou un membre du gouvernement mais l'ensemble de la classe politique. Bonjour la récupération politique de la gauche.... elle qui aime tant la dénoncer.

- En plus des voitures détruites, on peut énumérer les bâtiments publics: écoles, gymnases, centres sociaux, crêches... des lieux parfois directement utilisés par ces mêmes jeunes. La construction de ces bâtiments est coûteuse ainsi que la rénovation des banlieues.... On parle déjà des crédits pour reconstruire avant même que les destructions ne cessent.

- Enfin, je suis un peu étonné: soit disant ces jeunes brûlent les voitures car ils ne trouvent pas d'emploi, sont au chômage.... Certes, il serait nécessaire que chaque personne voulant travailler puisse trouver un emploi, et l'Etat doit les y aider. Cependant, que revendiquent les jeunes qui brûlent les voitures lorsqu'ils sont mineurs. On a entendu que la majorité des casseurs sont des mineurs voire de très jeunes mineurs. Alors dites moi ce que revendiquent un gamin de 10 ans, 11, 12, 13, 14 ans..... L'école est gratuite et obligatoire jusqu'à 16 ans. De plus, il est possible d'aller au lycée, en CAP-BEP ou en université. Alors que font ces enfants dans la rue avec des cocktail molotov?

Les critiques pourraient être encore nombreuses..... attendons la suite des évènements pour les énoncer!

Les commentaires sont fermés.