Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 octobre 2005

Prix nobel pour la paix

L'Agence Internationale de l'Energie Atomique, représentée par son directeur Mohamed El Baradei, a reçu le prix nobel de la paix 2005.

A l'annonce de ce titre, l'ensemble des chefs d'Etat ont approuvé ce choix. Rappellons que l'Agence avait indiqué le risque atomique que représentait l'Irak dans les années 1990, comme elle l'indique aujourd'hui au sujet de l'Iran. De même, elle s'était opposée à l'intervention des Etats-Unis en Irak en 2002, réfutant l'argument de bombes atomiques en possession de l'Irak. Elle a prouvé son indépendance et renforcé sa légitimité.

 

Cependant, cette annonce a aussi suscité des oppositions notamment des écologiques. Ils reprochent à l'AIEA de promouvoir le nucléaire.

Il ne fait aucun doute que le nucléaire suscite de nombreux débats. Le nucléaire militaire doit être maîtrisé, compte tenu des risques qu'il fait peser sur la planète. Les images horribles de Hiroshima et de Nagasaki illustrent ce danger. Le nucléaire civil est aujourd'hui aussi au coeur du débat. Il est un des principaux moteurs énergétiques actuels. En revanche, il pose des problèmes au niveau de l'environnement.

 

Malgré les critiques opposées par les écologiques, le prix nobel de la paix, comme son nom le détermine, récompense un homme ou une institution pour son action en faveur de la paix. Que son attitude vis-à-vis de la promotion du nucléaire civil soit critiquable, il ne fait aucun doute que l'AIEA a agi en faveur de la paix dans ses contrôles du nucléaire militaire. Elle a fait preuve d'indépendance face aux Etats-Unis dans le conflit irakien. Enfin, après toutes les critiques opposées à l'Organisation des Nations Unies, l'attribution de ce prix à une de ses agences lui est bénéfique.

 

 

01:30 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Actualité

Les commentaires sont fermés.