Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 janvier 2006

Election du Président de la République: rendez-vous tous les 5 ans

Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat d'une durée de 5 ans. Cette durée était initialement de 7 ans. Par référendum du 24 septembre 2000, les français ont été appelés à choisir entre un mandat de 7 ans ou de 5 ans. La majorité des français ont préféré 5 ans: 73 % des français qui se sont exprimés ont voté OUI, contre près de 27% de NON. On note aussi une très forte abstention, avec près de 70% des inscrits. Ce référendum n'a donc pas intéressé les français. Pour ma part, j'ai réfléchi sur les arguments en faveur et à l'encontre d'un changement de durée de ce mandat. Après réflexion, j'ai voté pour constater lors des résultats que je ne faisais pas parti de la majorité. J'ai voté pour la conservation de l'élection du Président de la République tous les 7 ans. J'étais plus jeune, et plus novice en politique. J'ai basé mon choix sur plusieurs arguments.... Aujourd'hui, 5 ans après ce choix, je ne le regrettes malheureusement pas....

Il y a 5 ans, j'ai basé mon choix sur deux arguments qui m'apparaissaient essentiels:

- Tout d'abord, je considérais qu'il n'était pas possible d'établir une politique dans un temps très court si l'on veut que celle-ci est un impact sur la société. La mise en place d'une nouvelle politique, qu'elle soit sociale, fiscale, économique, etc, ne peut se faire en un jour. Les changements demandent une mise en place, des tentatives, des échecs et des réussites. Cependant, il serait éronné voir débile de croire qu'à l'annonce d'une nouvelle politique quelqu'elle soit, que les résultats soient visibles dès le lendemain.... un état des lieux attif comme on le voit souvent se marque souvent par un résultat limité ou négatif puisque prématuré! Or, un alternance politique trop rapide entraine souvent des réformes qui défond trop vite ce qui a été envisagé.... pour être retentées plusieurs années après... pour un éternel recommencement!

- Le second argument avait trait à la campagne présidentielle. Cette campagne ne commence jamais quelques mois avant l'élection.... elle démarre près d'une année avant. Donc par simple calcul: un an au moins pour préparer les élections.... il ne reste plus que 6 ans de travail effectif sans rapport précis avec les élections. Sur 5 ans.... nous sommes à 4 ans. De plus, il faut compter sur les pertes de temps avec les passations, la mise en route du gouvernement..... d'autant plus longues lorsqu'il y a une alternance politique. Il me semblais que réduire le mandat présidentiel limiterait une action politique efficace.

Les débats actuels.... les querelles actuelles..... et les actions politiques actuelles..... ne visent que la présidentielle prochaine.  On peut considérer que la campagne présidentielle a commencé depuis quelques mois alors que les élections n'auront lieu qu'en 2007.... Cette campagne explique certaines actions politiques, certains discours politiques, les multiples critiques..... pendant ce temps, la France n'avance pas.  Je ne regrettes donc pas d'avoir voté contre la modification du mandat présidentiel. Cependant, l'article 6 de la Constitution a été modifié......

Art. 6. - Le Président de la République est élu pour cinq ans au suffrage universel direct.

Commentaires

Amusant. J'ai voté contre également, mais pas du tout pour vos arguments, qui me paraissent assez faibles.

Une politique ne donne pas plus les résultats escomptés à 5 qu'à 7 ans et, de toutes façons, on voit bien que les présidents en changent en cours de mandat (par exemple, la rupture de 1983). En fait, en réduisant à 5 ans, on empêche le président de changer de politique, justement, et on l'oblige à être plus fidèle à ses engagements politiques du début de mandat (ce qu'a fait d'ailleurs Jacques Chirac).

S'agissant de la campagne présidentielle, c'est un formidable moment d'agitation d'idées et de démocratie, on ne peut donc qu'être content qu'il se reproduise plus souvent.

Écrit par : Paxatagore | 08 janvier 2006

Je pense tout de même qu'il est plus facile de développer une politique efficace sur le long terme. Cependant, je suis d'accord sur l'intérêt d'un mandat plus court pour inciter le président à être fidèle à ses engagements (ce qu'il devrait faire sans cela...) et en plus, si l'on considère que la politique engagée n'est pas efficace, le changement sera plus rapide. Quoiqu'il en soit, tous ces arguments dépendent nettement du charisme du président qui sera imposé ou non sa vision, sa politique: dans ce cas, la durée du mandat deviendra moins importante.

Sur la campagne, cela permet une agitation d'idées. Malheureusement, on assiste très rapidement à une succession d'attaques stériles entre candidats ... rafraichissantes et marrantes.... mais tout à fait stériles pour un évolution politique....
Sur le moment de démocratie, je reste aussi assez septique. Sur le fond, je suis tout à fait d'accord... depuis ma majorité, je n'ai jamais manqué une élection. Mais, rares sont les citoyens qui considèrent comme un devoir de se rendre aux urnes, ce qui est dommage. Ce moment de démocratie devient plutôt un triomphe de l'abstention et du manque d'intérêt des français pour les élections (je mets à part les dernières présidentielles qui restent pour l'instant un moment "exceptionnel" dans les élections présidentielles).

Écrit par : fxrd | 08 janvier 2006

commentaire de l'economiste que je suis:

en periode pre-electorale, on lache les deficits pour acheter les voix de ses clients electoraux (certains utilisent l'euphemisme de "politique de relance keynesienne"), cela plaide pour une periode longue si l'on croit (comme moi) que les deficits sont mauvais.

Écrit par : remi | 11 janvier 2006

On peut y ajouter comme argument le fait que selon l'article 20 de la Constitution,c'est le gouvernement qui détermine et conduit la politique de la Nation,le Président n'étant que le "garant des institutions",article 5 .Or ,depuis De Gaulle,la tendace a été de faire en sorte,hors cohabitation,que ce soit le Président qui "détermine et conduise " cette politique,par le biais du programme éléctoral qu'il propose..Raccourcir ainsi le mandat du Président,n'est ce pas aussi,ainsi,renforcer on emprise sur le gouvernement,puisque a la réforme du qinquennat s'est ajoutée l'inversion du calendrier éléctoral,et donc les éléctions législatives suivent la Présidentielle

Écrit par : Cyril | 28 juin 2007

Les commentaires sont fermés.